Protection contre la corrosion

Acier inoxydable

La qualité de l’acier inoxydable utilisé a un grand impact sur la résistance à la corrosion d’un ballon d’eau chaude. NIBE a sélectionné une nuance d’acier ferritique, EN 1.4521. Entre autres choses, elle contient 18 % de chrome et 2 % de molybdène, mais presque pas de nickel. Comme l’acier est ferritique, il n’est pas sensible à la corrosion mécanique, ce qui signifie qu’il résiste aux fortes concentrations de chlorures.

La quantité élevée de chrome et plus particulièrement la concentration en molybdène améliorent la résistance à la corrosion par piqûre. La très faible concentration en nickel est un avantage pour la santé et l’environnement car aucun ion nickel n’est dissous, ce qui pourrait autrement être le cas lors de la première phase de fonctionnement du ballon d’eau chaude.

En plus du choix des matériaux, il convient de noter l’importance des différentes étapes du traitement. Le processus de production de NIBE, tel qu’il est conduit, empêche les fissures. Après la soudure d’un ballon d’eau chaude, il est important que la surface qui sera en contact avec l’eau ait une composition homogène. Ceci est possible grâce à un processus unique de décapage passivant la surface en recréant une pellicule uniforme d’oxyde sur toute la surface interne du ballon d’eau chaude.

Avec les eaux à très forte concentration en chlorure, une corrosion par piqûre peut survenir, en particulier si les eaux sont très dures et que des dépôts se forment. Dans ce cas, l’oxygène naturel contenu dans l’eau ne peut atteindre la surface de l’acier et de la corrosion peut se former sous le dépôt.

Cuivre

En tant que métal semi-noble, le cuivre résiste à la plupart des types d’eaux de consommation, parmi lesquelles la plupart des eaux municipales dont une valeur de pH minimum est le plus souvent atteinte. Les ballons d’eau chaude protégés contre la corrosion par du cuivre, comme les ballons d’eau chaude en acier inoxydables, ne nécessitent pas d’entretien, car ils n’ont pas besoin d’anode protectrice.

Dans les produits pour lesquels NIBE utilise le cuivre comme protection contre la corrosion, la cuve en acier est intégralement recouverte d’une couche de cuivre de 0,4 à 0,7 mm d’épaisseur soudée avec de l’argon comme gaz protecteur. La cuve en acier au carbone résiste à la pression de l’eau tandis que la feuille de cuivre la recouvrant intégralement empêche la corrosion.
Le cuivre est un matériau naturel, et il dispose également d’autres avantages :

  • C’est un matériau de recyclage idéal et il peut être régénéré de nombreuses fois. Le cuivre utilisé par NIBE est intégralement recyclé avec un niveau d’utilisation de 98 %.
  • Le cuivre constitue le meilleur choix de matériau pour réduire le risque de légionellose.
  • Son effet anti-microbien garde l’eau propre.
  • L’ingestion de cuivre en petite quantité est en principe essentielle à tous les organismes vivants.

Les recommandations concernant l’utilisation du cuivre sont décrites dans la norme DIN50 930-6 de la manière suivante :

Le cuivre peut être utilisé sans restriction pour l’eau potable si

  • le pH est supérieur ou égal à 7,4 ou
  • le pH est compris entre 7,0 et 7,4 et la valeur TOC n’excède pas 1,5 mg/l (TOC = total carbone organique)

À pH faible (eaux acides) ou en présence de fortes concentrations en chlorure (eau saumâtre, par exemple), le cuivre à tendance à se dissoudre.

À pH faible, un problème esthétique peut survenir entraînant une décoloration de la porcelaine et une coloration verdâtre des cheveux blonds sous la douche.

En cas de forte concentration en chlorure, de la corrosion par piqûres peut intervenir, mais le risque est inversement proportionnel à la concentration en calcium (dureté).

Émail

L’émail est un matériau lisse appliqué sur l’intérieur du ballon d’eau chaude par chauffage. Après en avoir longtemps suivi le développement, NIBE est passé à l’émaillage direct. En partant du meilleur concept offert par le marché et en ajoutant une substance renforçant les propriétés vitreuses de l’émail, le résultat est tellement bon que l’exigence de deux couches d’émail est totalement respectée avec de la marge.

Le revêtement vitreux en émail est une « surface hygiénique » et des études ont démontré que l’émail ne constitue pas un lieu de couvaison pour les bactéries.
L’émail prend sa forme sur la surface en acier grâce à un processus de chauffage à une température de 860 °C. Après ce processus, de microscopiques pores peuvent subsister, ce qui signifie que la surface en acier peut être en contact avec l’eau. Pour empêcher la corrosion, on trouve toujours une anode protectrice dans les ballons d’eau chaude émaillés. L’anode est normalement composée d’un alliage à base de magnésium. Le magnésium étant un métal moins noble que l’acier, l’anode est « sacrifiée » pour empêcher la corrosion de l’acier de façon électrochimique et les pores de la couche d’émail sont recouverts de composés de calcium et de magnésium.

Le plus gros de la consommation de l’anode intervient en consommation interne à une vitesse dépendant principalement de la qualité de l’eau. Il est donc important que l’anode soit régulièrement vérifiée pour évaluer sa durée de vie.